Accueil

Anatomie

 

MUSCLES OCULOMOTEURS

 
Orbite

Paupières

Conjonctives

Muscles oculomoteur

Sclérotique

Cornée

Angle iridocornéen

Cristallin

Vitré

Iris

Corps ciliaire

Choroïde

Rétine

Nerf optique

Nerfs oculomoteurs

Voies optiques

 

  Introduction :

La motilité du globe oculaire est assurée par 6 muscles oculomoteurs (Fig.1). Comprenant 4 muscles droits et 2 muscles obliques. Ces muscles forment un cône à sommet postérieur et à base antérieure.

Description des muscles :

1- Muscles droits :

Ils sont au nombre de 4 : droit médial, droit inférieur, droit latéral et droit supérieur.

Origine : ces muscles prennent origine au sommet de l’orbite par un tendon commun appelé tendon de Zinn qui s’insère sur le corps du sphénoïde, au niveau du tubercule sous optique. Ce tendon se divise en 4 bandelettes, chaque muscle droit s’insère sur 2 bandelettes adjacentes. Le faisceau d’origine du droit latéral présente en regard de la portion élargie de la fente sphénoïdale un orifice appelé l’anneau de Zinn qui livre passage aux 2 branches du nerf moteur oculaire commun (III), au nerf moteur oculaire externe (VI) et le nerf nasal. (Fig.2)

Trajet : muscles droits se dirigent d’arrière en avant, dans la loge postérieure de l’orbite.

Terminaison : se fait sur la partie antérieure de la sclérotique, à proximité du limbe. (Fig.3)

Innervation : le droit inférieur et le droit médial sont innervés par la branche inférieure du III. Le droit supérieur par la branche supérieure du III et le droit latéral par le VI.

Action :

  • Le droit supérieur est élévateur, il agit en synergie avec le muscle releveur de la paupière supérieure.

  • Le droit inférieur est abaisseur, il est antagoniste du droit supérieur.

  • Le droit latéral est abducteur (porte la cornée en dehors).

  • Le droit médial est adducteur (porte la cornée en dedans), il est antagoniste du droit latéral.

2- Les muscles obliques :

Sont au nombre de deux croisant obliquement l'axe antéro-postérieur du globe oculaire.

a- Le muscle oblique supérieur : est le plus long de tous les muscles de l'orbite.

Origine : par un court tendon, fixé en dedans et au-dessus du trou optique.

Trajet : il longe l'angle supéro-interne de l'orbite, et donne un tendon qui se réfléchit à angle aigu dans une poulie de réflexion fibro-cartilagineuse, implantée dans la fossette trochléaire du frontal; puis il redevient musculaire, et contourne la partie supérieure du globe en se plaçant sous le droit supérieur (Fig.4).

Terminaison : par une portion élargie, sur la face supéro-externe de l’hémisphère postérieur de l’œil (Fig.5).

Innervation : par le nerf trochléaire (IV).

Action : lorsque l’œil est en adduction : le muscle oblique supérieur est abaisseur, lorsque l’œil est en abduction le muscle oblique supérieur est rotateur interne.

b- Le muscle oblique inférieur : beaucoup plus court ; c'est le seul muscle qui ne se détache pas du fond de l'orbite.

Origine : en dehors de l'orifice orbitaire du canal lacrymo-nasal.

Trajet : dirigé en dehors et en arrière, passant sous le droit inférieur

Terminaison : sur la face inféro-externe de l'hémisphère postérieur de l’œil (Fig.5).

Innervation : par la branche inférieure du nerf moteur oculaire Commun (III )

Action : lorsque l’œil est en adduction le muscle oblique inférieur est élévateur, lorsque l’œil est en abduction le muscle oblique inférieur est rotateur externe. C’est l’antagoniste du muscle oblique supérieur.

Les gaines musculaires et la capsule de Tenon :

a- Les gaines musculaires : s’étalent d'avant en arrière sur chacun des muscles de l’orbite. Celle du releveur de la paupière supérieure est reliée à celle du droit supérieur. ce qui permet la synergie fonctionnelle des deux muscles. Celles des muscles droits sont réunies entre elles par des membranes inter musculaires qui complètent le cône musculaire. Elles présentent des prolongements orbitaires qui se fixent sur le rebord de l’orbite : se sont les ailerons musculaires.

b- La capsule de Tenon : En continuité en arrière avec la gaine du nerf optique, elle entoure en avant l'hémisphère postérieur de l’œil. séparée de la sclérotique par un tissu celluleux très lâche (l'espace de Tenon), ainsi est réalisée entre la capsule et le globe une véritable articulation en rotule (Fig.6) qui permet les mouvements de rotation de l’œil. Plus en avant, la capsule de Tenon se mêle aux gaines musculaires. envoie des expansions antérieures aux paupières et à la conjonctive.

 

Fig.1: Les muscles oculomoteurs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig.2: vue de face du tendon et anneau de Zinn

 

 

 

Fig.3: insertion sclérale des muscles droits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig.4: Muscle oblique supérieur

 

 

 

Fig.5: insertion sclérale des muscles obliques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig.6: Cavité ténonienne